Dance elements


Vidéo réalisée avec Abel Bichara dans les rues des Paris en août 2016, complétant la partie photographiée ci dessous, et finalisant ce processus artistique et intime autour des 5 éléments. 


Cette collection a été réalisée dans le cadre de mon niveau 3 en Danza Duende, (marquant normalement la moitié de mon parcours, bien que j'estime n'être encore qu'au tout début) en association avec mon travail de créations texiles, Machii

 

J'ai choisi de manifester les 5 éléments, l'Eau, la Terre, le Feu, l'Air et l'Espace,  à travers 5 créations textiles. J'ai vite compris que pour comprendre ces 5 éléments à travers mon corps et laisser émerger 5 créations, il me fallait les danser. J'ai entre autre profité d'une retraite solitaire dans la montagne pour intégrer ce processus. Jour après jour, une forme a commencé à apparaître. Cette forme est devenue indissociable d'une danse sur laquelle nous étions en train de travailler durant nos sessions de danse avec un groupe d'amies toutes les semaines. J'ai donc d'abord fusionné cette danse autour des 5 éléments avec "Smooth Patience", thème que nous étions en train d'explorer durant ces sessions depuis plusieurs mois. J'ai présenté cette danse le 2 juillet, devant un groupe restreint (quelques images ici:

 

J'ai ensuite poursuivit mon exploration, jusqu'à ce que 5 créations prennent formes. J'ai présenté chaque créations lors d'une retraite collective en Danza Duende en août 2016 à Avioth, chaque jour étant dédié à un élément. 

 

Cette dernière partie photographiée a été réalisée dans un studio à Bruxelles. Je ne m'attendais pas à la difficulté de représenter chacun des 5 éléments seule, face à l'objectif, avec comme seule support un espace vide et blanc autour de moi. Ce moment a été un processus tout aussi profond que les autres, ou il m'a fallut prendre confiance et aller chercher chaque fois plus profondément en moi afin de ne pas tomber dans un cliché et rester fidèle à tout le chemin que je venais de parcourir jusqu'ici. 

 

Ces photos ont été réalisées par Fabio Giovacchini.  

J'ai été maquillée par Audrey.  

Avec le sourire complice de mon amie Ninon Robin. 

 

Tout ce qui est écrit sur chacun des éléments vient de ma propre compréhension limitée et voilée, je ne prétends pas affirmer quoi que ce soit, ni détenir une quelconque vérité. Ce sont des mots qui me sont venus spontanément lorsque je dansais chaque élément durant ma retraite, et sans le moindre doute encore emplit de chacune de mes névroses.

 

 

Vajra, l'eau


La sagesse semblable au miroir, qui tranche à travers la confusion, qui discerne à travers les doutes, qui reflète la nature des choses telles qu'elles sont. Vide, par leur essence. Vajra, sa névrose la colère, mais lorsque je reviens à la source de cette colère, elle se transforme en une énergie qui tranche à travers les obstacles. Qui sait parfaitement ou elle veut aller. 

 

J'ai ressenti cette colère en dansant sans avoir cherché à la provoquer. La danse s'est manifestée par des mouvements si vifs, si forts, puis soudainement m'est revenu à l’esprit la mémoire de tous ces moments où j'étais dans le doute, noyée dans la confusion, jusqu'à ce qu'un événement se produise et finisse par me mettre en colère. Cette colère soudainement venait réveiller mon énergie, et me permettait de trancher à travers les obstacles, devenant très décidée de ce que je voulais, et sûre de mes choix. 

Revenir à l'intérieur, et prendre conscience de la nature de tous les phénomènes et retrouver la clarté. Revenir à la base de tout ce qui s'élève.

 

 

Ratna, la terre


La stabilité. Sa névrose est donc l'orgueil. Lorsque j'ai demandé à l'un de mes maîtres bouddhistes, Ringu Tulku Rinpoché "Comment travailler avec l'orgueil ?" Il me répondit " Peut être que l'on peut voir la beauté, les qualités, ce qui est bon chez l'autre. Et cela nous rend humble. Nous restons ouverts. L'orgueil amène l'ignorance. Nous croyons tout savoir, et nous fermons les portes". 

Instant de conscience, moment d'inconscience, les mouvement défilent dans la mémoire. Chaque geste laisse place au suivant, chaque répétition laisse une trace dans l'espace de la mémoire. Le souffle imprime, et sculpte, ainsi se répète encore et encore le geste, sans jugement sur ce qui est bon ou mauvais. Chaque instant, l'un après l'autre, avec patience, imprime le geste dans la matière, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun effort. La conscience demeure un peu plus, même si ce n'est qu'une seconde de plus. 

Quelque chose se dessine.

 

 

Padma, le feu


Choisir... Le feu qui discerne. La chaleur de la présence, le cœur amoureux. Comment transformer la passion, le désir et l'attachement de l'ego, de l'esprit qui se fixe...?

Apprendre à discerner les justes choix. Amoureuse avec l'espace à l'intérieur et autour de moi, chaque geste se dessine avec de moins en moins d'erreur. Il y a quelque chose dans cette présence amoureuse qui sait exactement quel est le geste le plus juste, le plus sincère, sans préméditation, sans calcul. Quand plus rien ne vient perturber cette présence, et que cette chaleur n'est pas trop teintée par le désir de l'ego, la danse se dessine, se sculpte, chaque geste est pleinement conscient et non laissé au hasard. Le feu de la passion se transmute en une présence amoureuse, qui sait comment revenir à la présence, et qui discerne l'action, le mouvement, le verbe le plus approprié. Le cœur s'ouvre, et le regard pétille. Retrouver la sensualité depuis les sens, l'essence. Cette sensualité qui se manifeste à l'extérieur à besoin d'être renversée et ne plus servir à combler un vide. Retrouver la sensation sensuelle et amoureuse depuis l'intérieur.

 

 

Karma, l'air, le vent


Karma, l'accomplissement. L'air, le vent. L'action qui se manifeste sans effort, d'elle même. Après avoir répété ces mouvements encore et encore, après les avoir respiré, imprimé, une danse apparaît d'elle même. Une chorégraphie se met en place naturellement, mon corps connait chaque pas, retraçant dans l'espace la mémoire de tout ce qui a été manifesté, travaillé, répété, chaque geste, chaque mouvement, chaque posture. Comme si l'espace avait gardé leur mémoire, et que mon corps n'avait qu'à se laisser guider. Entre les mouvements apparaissent d'autre nouveaux mouvements, de nouvelles postures, de nouveaux instants, de nouveaux chemins.

 

 

Bouddha, l'espace


Bouddha. L'espace, la présence. Sa névrose, l'ignorance. L'élément qui permet à tous les autres de se manifester. 

 

La danse révèle tout, de nos plus profondes névroses à notre plus profonde sagesse.

 


 

Collection réalisée en août 2016 - Tous droits réservés